De Labé à Freetown

La Guinée a gardée, en plus de la langue française, une tradition française que l’on apprécie beaucoup: la baguette. C’est ici que l’on a dégusté le meilleur pain de toute l’Afrique de l’Ouest et ça devient encore plus flagrant quand on goûte au pain de Sierra Leone de tradition anglaise. On trouve la baguette dans le moindre petit village et distribuée par tous les moyens de transport.

Brouette

Un soir, on a campé près d’une chute appelée le Voile de la Mariée où l’on a pu se baigner et se laver sans avoir recours au litre d’eau normalement alloué pour se laver.

Voile de la Mariée

Camp2

Camp1

Le lendemain, on roulait sur un chemin de terre pendant plus de 70 km; ce fut l’une des plus belles journées du voyage; une route difficile et exigeante mais gratifiée de belles rencontres et de superbes paysages. Les gens appréciaient se faire photographier ce qui n’a pas toujours été le cas auparavant.

Groupe1

Groupe2

Fillette

Route de terre_1

Route de terre_2

Route de terre_3

Route de terre_4

Après une journée sur cette route, j’ai pris la couleur de la terre.

Mes jambes

Moi en brun

On quitte la Guinée pour entrer en Sierra Leone pour une dizaine de jours après quoi on va retourner en Guinée. On doit se conditionner à s’adresser aux habitants en anglais après avoir communiquer en français depuis le début du voyage. On voit tout de suite l’influence anglaise car tous les élèves vont à l’école en costume.

Mère et son bébé

Mère et ses fils

Pour se rendre à Freetown, nous sommes montés quatre à bord d’une barque avec nos vélos pour une traversée de 7 km. Après la cohue à l’arrivée, il fallait rouler 14 km dans le trafic pour se rendre à l’hôtel. Ce fut un parcours assez stressant à louvoyer entre les motos, les autos et les piétons.

Traversée

Entrée à Freetown

On va rependre la route après 2 jours de repos à Freetown.

Publicités

De Dakar à Labé

La sortie de Dakar s’est fait en autobus tôt le matin pour éviter la circulation dense et paralysante de Dakar. On s’engage dans une section de 7 jours de vélo dont les 3 premiers sont sur une route étroite très achalandées par les camions lourds. En plus du danger d’y circuler à vélo, le paysage n’est pas très intéressant. C’est une route qui mène au Mali où il y a une mission de paix de l’ONU; j’ai croisé un véhicule blindé des Nations Unis sur une remorque en direction du Mali.

Route1

UN

Ce n’est que le quatrième jour sur une petite route que l’on retrouve le calme et la possibilité de rouler côte à côte en jasant.

Route2

La végétation devient plus dense et les arbres de plus en plus gros; on va pouvoir établir notre campement sous les baobabs tout près d’une exploitation de sel.

 

Camping sous les baobabs

Charette

Les baobabs sont encore plus gros à notre campement suivant:

Baobab

La forêt devient plus dense et on commence à voir des groupes de babouins:

Babouins

Sur une section de route, il y avait un voile de toiles d’araignées géantes entre les arbres:

Colonie d'araignée

Araignée

On voit de plus en plus de termitières:

Termitière

Quand notre campement est près d’un village, on attire invariablement des spectateurs intrigués par nous. On est comme le cirque qui passe au village.

Spectateurs

On est accueilli avec excitation par les nombreux enfants dans les villages.

Garçons

Fillettes

C’est dans un des derniers villages sénégalais lors d’un arrêt pour un coke que j’ai fait le connaissance de Mamadou, un professeur à la retraite de 70 ans qui nous a parlé de son village dans un français impeccable. Ce fut une rencontre mémorable. Il est au centre de la photo.

Mamadou

Le passage en Guinée s’est bien déroulé mais le pays contraste un peu avec le Sénégal; il semble plus pauvre et moins développé.

Mauvaise photo d’une mante religieuse qui semble apprécié la bière guinéenne:

Mante religieuse

Prochaine étape: 5 jours de vélo pour se rendre à Freetown au Sierra Leone.

 

Dakar

Je suis en retard car depuis Dakar il n’y a pas eu de service internet assez stable et rapide pour mettre à jour mon blogue.

Les trois jours de repos à Dakar ont permis de se refaire une santé, manger pour reprendre le poids perdu, faire le ménage dans les bagages, nettoyer et réparer le vélo et prendre une journée pour aller visiter l’île de Gorée qui est un des sites touristiques recommandés à Dakar. L’île a servie pendant trois siècles pour la traite des esclaves. La maison des esclaves visitées avaient des cachots pour les hommes, les femmes, les enfants, les vierges et les récalcitrants. Quand l’esclave n’avait plus de valeur marchande, il était jeté à la mer en pâture aux requins. Assez troublant comme visite.

Goré

 

Poême

Statue

 

Lieu aussi de vente d’artisanat:

Artisanat

Vu lors de la traversée:

Bateau

J’ai rarement des photos de moi mais Marie-Josée a eu l’amabilité de m’envoyer les photos qu’elle a prises de moi au cours du voyage.

Moi dans les Atlas

Moi de côté

Moi dans les dunes

Moi à St-Louis

Moi dans le sable

À cause de la circulation dense de Dakar, on est sorti de la ville en autobus pour reprendre la route pour sept jours avant le prochaine jour de repos.

De Nouakchott à Dakar

Ce fut un jour de repos bien apprécié à Nouakchott. Comme on était dans un petit hôtel qui offrait un service de lessive, je n’ai pas eu à faire de lavage. Danielle, une mauritanienne enjouée et rieuse, a fait le lavage à la main et fait sécher le tout au soleil pour 200 ouguiyas environ 7 dollars.

L’alcool est interdite en Mauritanie mais il existe un marché noir; après plusieurs jours de disette, on a dû payer plus de 9 dollars pour une petite bière froide en canette mais ça valait le coût. On a hâte d’être au Sénégal où la bière est facilement accessible.

On se dirige vers le fleuve Sénégal qui sert de frontière entre les deux pays. On est toujours dans le désert mais on commence à voir plus d’arbres.

Route1

Route2

Lors d’un des derniers arrêts en Mauritanie pour boire un coke, le propriétaire de la petite boutique a bien voulu se faire photographier.

Dépanneur

Pour entrer au Sénégal, il a fallu prendre un traversier surchargé avec les camions, les vélos, les piétons et les animaux. Des pirogues font aussi la traversée entre les deux pays.

Barques

Traverier

Traversier1

En entrant au Sénégal, on remarque tout de suite le changement de végétation. Il y a plus de culture de toute sorte et d’élevage de bovins. On peut voir plus d’oiseaux et d’autres types de bestioles.

Oiseau

Araignée

Les sénégalais sont accueillants et souriants; je suis surpris de voir comment les femmes sont bien habillées, propres et très colorées.

Dame

Filles

On a trois jours de repos à Dakar; on va pouvoir apprécié pleinement la bière locale.

Bière

 

 

 

 

 

De Dakhla à Nouakchott

À près de 80 km au sud de Dakhla, j’ai passé le Tropique du Cancer. Le panneau affiche une épellation originale pour tropique et cancer quoique je ne suis pas trop surpris car j’ai vu auparavant le mot comping pour camping.

Trpique du Cancer

Le lendemain, il fallait faire vite pour arriver à la frontière de la Mauritanie le plutôt possible pour passer avant la fermeture du bureau pour le midi. Avec un bon vent de dos, je me suis surpris à faire une moyenne de 30.4 k/h sur une distance de 80 km. Même les plus rapides n’ont pas pu passer avant la fermeture. Il a fallu attendre l’ouverture et une fois ouvert, le processus a été très long car il fallait avoir un visa avec photo et faire prendre ses empreintes digitales. Les 20 derniers kilomètres ont été pénibles avec la chaleur de l’après-midi et un fort vent de face.

Le jour d’après, le vent est devenu encore plus fort. Le sable traversait le route et chaque fois qu’un camion venant de face me passait, j’étais pris dans un tourbillon de vent et de sable. Je n’ai fait que 3 km cette journée là. Bravo à ceux et celles qui ont fait toute la journée.

C’est en Mauritanie qu’on a eu un des plus beaux campements du voyage avec des dunes tout le tour.

Campemnent

 

campement!

 

Arbre

 

Pas

Avec un beau lever de soleil:

Lever de soleil

Et c’est en Mauritanie que j’ai vu le plus de dromadaires en troupeau et quelques uns échappés.

Troupeau2

 

Gardiens

 

Dromadaires

 

Portrait

Quelques photos de la route:

Route4

Route3

Route2

Route1

Prochaine étape: 6 jours de vélo pour se rendre à Dakar où l’on va avoir 3 jours de repos.

 

De Boujdour à Dakhla

J’ai repris la route à Boujdour pour 3 jours de vélo jusqu’à Dakhla. Malgré une toux persistante, l’énergie est revenue pour parcourir les 150 km de la première journée de vélo; faut dire que le vent de dos a beaucoup aidé.

Le paysage n’est pas très intéressant; une plaine de sables parsemée de buissons et de roches. Je m’attendais à voir des dunes mais ce n’est que rendu à Dakhla que la vue est devenue spectaculaire avec la mer bleue et les dunes de sable blanc.

Route1

Route

Lunch

Un soir, on a campé près d’une falaise composée de coquillages dont certaines sections s’étaient effondrées; pas question de monter la tente trop près.

Coquillages

Falaise

Dakhla est un centre de villégiature pour les amateurs de surf, de planche à voile et de surf avec cerf-volant. J’ai rencontré à Boujdour un couple de français qui se dirigeait vers Dakhla en maison mobile pour y passer l’hiver. Il semble que ce soit devenu un lieu où passer l’hiver plusieurs européens.

Surf

Pour le jour de repos, on loge dans un petit paradis composé de jolis bungalows avec plein de verdure et vue sur la mer côté ouest.

Bungalow

Coucher de soleil

Voici quelques photos qui auraient dû être dans l’article précédent mais que je n’ai pu insérer faute d’accès internet:

Village

Épave 2

Poste de contrôle de la police très fréquent tout au long de la route:

Poste de contrôle

Prochaine étape: 6 jours de vélo avec l’entrée en Mauritanie le troisième jour.

 

 

De Agadir à Boujdour

Comme j’ai attrapé un rhume à Agadir, je n’ai roulé que la première journée des six jours jusqu’à Boujdour. J’ai dû voyager à bord du camion avec le personnel et participer un peu à l’établissement du campement à chaque soir. Quand on est sur la route, on ne se rends pas compte de tout le travail impliqué dans le choix et l’installation du campement. Le camion est équipé de toiles de chaque côté pour se protéger du soleil ou de la pluie ; ils doivent être montées en arrivant puis le chef commence la préparation du repas du soir pour les 36 cyclistes et les 12 employés de l’organisation. Il y a deux menus; un pour les végétariens et l’autre pour les carnivores, tous affamés. Le matin, le déjeuner est préparé à la noirceur avant le lever des participants puis on remballe le tout pour reprendre la route. Je lève mon chapeau à l’organisation et aux employés qui nous permettent ce genre de voyage de vélo qui regroupe des cyclistes de 19 nationalités différentes.

Camping

Premier coucher de soleil spectaculaire:

Coucher de soleil

Ciel 1

Camping dans une oasis:

Camping Oasis

Ciel du matin:

Ciel

La plupart du temps, on a suivi la côte mais parfois la route s’éloigne pour entrer un peu plus dans le désert.

Ciclyste

dunes

On est parfois au niveau de la plage et souvent sur la falaise haute d’environ 30 mètres où les pêcheurs s’installent avec leur longue canne à pêche.

Vue sur la mer

Pêcheur

Pas moyen de compléter cet article car le service internet est trop lent.

Prochaine étape: 3 jours de vélo pour se rendre à Dakhla.